CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

CAFE LITTERAIRE DU 30 AVRIL 2016 ANIME PAR Le Dr BENBALI MOHAMED A CHLEF


Le café littéraire de Chlef continue son petit bonhomme de chemin malgré les difficultés et pour cette semaine, la journée du Samedi 30 Avril 2016, une conférence a été donnée par le Doctorant Mohamed Benbali, professeur d’arabe à l’Université Hassiba Benbouali à Ouled Farés (CHLEF) et dont le titre est « La définition de la poésie »  « Maf’houm ech-ch’î3r ».
Pour l’ouverture de la séance, Hrache Beghdadi dit kaddour, musicien attitré du café littéraire de Chlef, en prélude, abreuva l’assistance de ses morceaux choisis, complaintes orientales qui vous emmènent vers des lieux de paix et de sérénité.
Ce fut par la suite, Hamou Ahlem qui monta à la tribune pour nous lire une prose poétique des plus envoutantes concernant l’amour de la patrie. Ce fut au tour de notre actrice et poétesse Djamila Benahmed, de nous emporter avec elle dans ses complaintes mais cette fois-ci honorées de roses et de paix pour le bonheur de ses détracteurs qui lui reprochaient toujours la mélancolie de ses vers.
Vint le tour de notre invité, le Pr Benbali Mohamed qui, sur la tribune, remercia l’assistance et les membres du café littéraire et à leur tête Mohamed Boudia, se disant très touché par cette marque de sympathie et pour cette invitation qui lui a permis de côtoyer les hommes de lettres de la ville où il a étudié. Avant d’entamer sa communication, il tint à se présenter à l’assistance comme suit : « Je me nomme Mohamed Benbali et je suis né en 1958 à Aïn Mérane (W.  Chlef). J’ai étudié à l’école primaire d’Aïn Mérane dès 1964, puis je partis au CEM « Bachir El Ibrahimi » de Bou-Kader pour continuer mes études dans l’enseignement moyen où j’ai obtenu mon BEM en 1974 après quatre années d’études. L’année 1975, je fus admis au lycée « As-Salem » de Chlef où j’obtins mon baccalauréat en 1978. J’ai rejoint par la suite, l’institut de technologie de l’Education où j’ai obtenu mon diplôme de fin d’études normales en tant que professeur d’enseignement moyen à ma sortie en 1979. Je rejoins par la suite, l’Université d’Es-Senia à Oran où j’obtins ma licence de lettres arabes. J’ai embrassé l’enseignement dans le lycée « Aberrahmane Kerzazi » à Bou-Kader en tant que professeur de langue arabe de 1984 à 1991. Je revins par la suite à mon lieu de naissance, Aïn Mérane où j’ai enseigné l’Arabe de 1991 à 2001. Après cela, je fus promu au grade de Censeur au lycée de Zeboudja, puis Sendjas, puis proviseur du technicum d’Oued Fodda où j’ai déposé ma démission de l’enseignement secondaire pour rejoindre l’Université Hassiba Benbouali de Chlef et actuellement, je suis doctorant en lettres arabes dans le thème « Dirassate El Ika3iya wel balaghiya ».
M. Benbali Mohamed, a fait une communication très pertinente concernant la poésie en général et dut répondre lors des débats à plusieurs questionnements de la part de l’assistance en les personnes de M. Medjdoub Ali, Benahmed Djamila, Mansour Mokhtari, Saâdoune Bouabdellah, Nekkaf Aïssa ainsi que Chohra Abdelkader. Il dut lire plusieurs poèmes de sa composition de même que des poèmes de la « djahiliya » qu’il dut expliquer le sens profond qu’il ne faut pas mélanger avec le vocable utilisé de nos jours. Pour l’orateur, le mot djahiliya ne veut pas dire analphabète comme on le comprend de nos jours mais c’était tout à fait un autre sens.
M. Benbali Mohamed a récité beaucoup de poèmes comme des extraits d’ « El mou3alakates », d’El Moutanabi, d’Amr Oulkaïs, Antar Ibn Cheddad, etc. Mohamed Benbali est un érudit en matière de poésie. Il a capté l’attention de l’assistance pendant plus d’une heure trente. Sa diction et son calme font de lui un orateur. Il a une pédagogie qui attire le respect et l’audience.
Vint ensuite, le tour d’autres poètes tels Mokhtari Mansour, Nekkaf Aïssa et Allali Miloud de déclamer leurs poèmes au bonheur de l’assistance qui commence à goûter de semaine en semaine, l’art de la poésie.
Pour clôturer, un autre musicien Ferrahi Abdellah, a accompagné de son « oûd » les derniers poètes qui se sont relayés sur la tribune.
Nous avions aussi une invitée de marque, Mme Driza Fatiha, présidente d’association à Mostaganem qui nous a honoré de sa présence.
Un bouquet de fleurs a été offert par une poétesse, Melle Hamou Ahlem, à notre invité, le Dr Benbali Mohamed de même que Mme Driza a été chargé par le café littéraire de remettre à notre honorable invité, un diplôme de participation pour son passage au café littéraire de Chlef.
                                                                                            
Mohamed Boudia – Ecrivain-auteur 
Président du Café Littéraire de Chlef
Vice-président de l’Association Nationale Héritage Algérie

  



02/05/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres