CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

CAFE LITTERAIRE DU MERCREDI 17 DECEMBRE 2014

 CAFE LITTERAIRE DU MERCREDI 17 DECEMBRE 2014
 CAFE LITTERAIRE DU MERCREDI 17 DECEMBRE 2014          
Suite à une méprise malencontreuse, dans la programmation, le Dr Chamyl Boutaleb qui devait venir le mardi 16 décembre 2014 à 14h. 30, la séance du café littéraire a été reconduite au mercredi 17 décembre 2014 à 14h. 30 au niveau de l'amphithéâtre du Centre des Loisirs Scientifiques – Face à la salle de sport du POC « Chahid M'hamed Nasri » ex-cité LesVergers Chlef.
Le Dr Chamyl Boutaleb est venu accompagné de Hadj Meliani. Le comité d'accueil était composé des membres du bureau de l'association (Café Littéraire) et à leur tête, leur président. Le président de l'Association de Wilaya « Emir Abdelkader de Chlef, en la personne de M. Naas-Arabat Ali, était présent pour la réception du Dr Chamyl Boutaleb, de même que M. Hemaïdi Zourgui Mohamed, président de l'association « les amis du centre Larbi Tebessi », ami du café littéraire, qui a tenu à être présent à la réception du Président de la Fondation « Emir Abdelkader », en la personne du Dr Chamyl Boutaleb.
Le séance se tenant hors de la journée du café littéraire, l'assistance était peu nombreuse mais il y avait tous les membres du bureau de l'association ainsi que plusieurs journalistes. Le mercredi, les enseignants n'ont pu venir assister à la conférence qui se voulait un tremplin pour certaines vérités sur la vie de l'Emir Abdelkader El Hassani.


CAFE LITTERAIRE DU MERCREDI 17 DECEMBRE 2014
Le Dr Boutaleb devait commencer son allocution par des vérités qui crèvent les yeux pour essayer de donner à l'Emir Abdelkader la place qu'il mérite au sein de sa nation l'Algérie. Il devait insister sur le fait que l'émir Abdelkader était un homme exceptionnel en son genre. Pourquoi ? Pour tout un chacun, savoir que l'Emir a été plébiscité à l'âge de 24 ans aurait suffi à tout dénigreur pour comprendre la personnalité de l'Emir Abdelkader. Savoir que c'était un érudit et un théologien dès son très jeune âge, aurait également suffi au plus incrédule parmi les dénigreurs ! Savoir qu'il a conduit plus de 139 batailles et éconduits et avoir battu plusieurs dizaines de généraux et colonels de l'armée d'Afrique aurait suffit à tout incrédule pour reconnaître, la personnalité hautaine et sans failles de l'Emir Abdelkader El Hassani. Ses ennemis eux-mêmes le reconnaissent comme un grand stratège et un grand homme politique. Ce qui indigne le Dr Chamyl Boutaleb, c'est de savoir que nos écrivains, mêmes algériens, reprennent les mêmes erreurs que leurs prédécesseurs européens dans la description de la vie de l'Emir Abdelkader El Hassani en disant des mensonges sur sa personne tels que la franc-maçonnerie, la reddition de l'émir face à Desmichels et Bugeaud – Le Dr Chamyl insistera surtout sur le parjure du 23 Décembre 1847 qui restera indélébile pour l'éternité car Napoléon III lui-même reconnut que ses prédécesseurs n'ont pas tenu leurs promesses devant un ennemi malheureux.


CAFE LITTERAIRE DU MERCREDI 17 DECEMBRE 2014
Le Dr Chamyl Boutaleb devait insister sur ce point afin que certaines vérités puissent voir le jour dans notre pays pour glorifier cette personnalité légendaire et historique à plus d'un titre. Il dira que l'Emir Abdelkader a été à l'aube de l'instauration d'un état moderne avec son armée, son drapeau et son sceau. Il a été reconnu par toutes les nations d'alors, à part quelques dirigeants français qui ne voulaient point admettre que l'émir Abdelkader avait signé avec eux un armistice et non une reddition en donnant l'exemple « solh el houdaïbia » qu'à signé le prophète, Mohamed (Alayhi Essalate wa Essalam) avec les Koraïchites. Il ne faut pas confondre « carottes et navets ». Entre un armistice et une reddition, la distance est telle qu'on ne peut la mesurer. Le conférencier insistera surtout sur le fait que les français n'ont pas eu l'audace de concrétiser l'armistice signé avec l'Emir Abdelkader. Ils ont détourné ce mot pour le remplacer par la reddition et au lieu de conduire l'émir à Akka en Palestine, ils ont bifurqué vers Toulon, pour trahir l'émir et l'emprisonner en France au Château d'Amboise pendant plusieurs années.


CAFE LITTERAIRE DU MERCREDI 17 DECEMBRE 2014Le Dr Chamyl Boutaleb devait dire : Si l'Emir Abdelkader s'était rendu et fait prisonnier, qu'avaient à voir les femmes et les nourrissons dans cette affaire pour avoir été emprisonnés avec lui pendant plusieurs années ? N'est-ce pas là la pure trahison des dirigeants français d'alors ? Comment se fait-il que Napoléon lui-même disait à l'Emir Abdelkader qu'il a été abusé par les dirigeants qui l'ont précédé et qu'il était l'ennemi malheureux, alors que nos écrivains disent qu'il a été l'ami de la France, c'est inconcevable ! C'est de l'utopie ! On ne peut être ami et ennemi en même temps, 
                                                                                  Mohamed Boudia
 0 | 
0

Posté le mercredi 24 décembre 2014 16:29

 

 



24/12/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres