CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

Ephéméride 5

 

 

 

 

                                EPHEMERIDE 5

 

 

Nous avons déjà passé le premier trentenaire du séisme meurtrier du 10 Octobre 1980 - Que nous réserve demain ? Aurons-nous le privilège de pouvoir vivre une vie décente ou serons-nous encore la proie aux vissicitudes de la vie ici-bas. Ne disons-nous pas dans nos prières : "Oh ! Mon Dieu ! Faites qu'aujourd'hui soit meilleur qu'hier et que demain soit mieux qu'aujourd'hui "? Alors ! prions Dieu de nous éviter les marasmes de cette vie et de nous donner l'espoir qui nous a quitté de pouvoir nous reposer et panser nos blessures et ainsi faire de notre quotidien, une aire de piété et soumission à la loi divine. Nous aurons ainsi la possibilité de prétendre, peut-être, inchaa Allah, à des lendemains meilleurs dans l'au-delà. La terre a bougé ce 10 octobre 1980. Nous avions perdu des proches, des amis ainsi que notre quiétude, qui, semble-t-il, n'est pas en phase de s'asseoir pleinement pour étaler un tant soit peu de bonheur dans notre vie devenue terne et morose. Je ne suis point pessimiste mais, nous faisons face à des contraintes matérielles qui nous amènent à nous demander s'il y a vraiment quelqu'un qui doit penser à ce peuple qui fléchit sous le nombre et le poids des factures d'eau, d'électricité, de téléphone, de la cherté de la vie au quotidien et cette impossibilité à vivre sans inquiétude aucune. Là où nous allons, dans n'importe quelle administration, nous nous heurtons à une bureaucratie des plus virulentes et à un déni qui ne dit point son nom. Nous sommes confrontés tous les jours que Dieu fait, à tous les marasmes de commis de l'état sans vergogne, qui sont là, dirait-on, pour nous empoisonner la vie du lever du soleil jusqu'à son coucher, que dis-je, de l'aube de la vie jusqu'à la limite de cette dernière. Vous ne trouverez point de pays dans le monde aussi consommateur que nous  de paperasse futile alors que nos responsables sont là hébétés, à regarder seulement leur macro-économie et leurs salons d'honneur, de réception et j'en passe. Prennent-ils le couffin ? Vont-ils faire leurs emplettes comme c'est le cas dans certains pays ? Songent-ils seulement à ce qu'endure le citoyen quotidiennement ? Prennent-ils la température de nos marchés des fruits et légumes ? Ont-ils seulement conscience de cette inflation qui vous bouffe jusqu'aux yeux ? Je ne le pense pas ! Nous sommes livrés à nous-mêmes et nous nous débattons dans mille et un problèmes auxquels nous ne trouvons aucune solution qui puisse nous épargner un tant soit peu de contrainte sociale qui nous conduit à un dépérissement physique et moral sans précédent. Prions et prions pour que nos lendemains soient meilleurs et que Dieu puisse nous prendre à témoin contre ceux qui nous enchaînent et qui nous privent de notre droit à la vie et au bien-être ici-bas.



12/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres