CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

LES CHAHIDATES "SOEURS BEDJ" de CHLEF

LES SOEURS BEDJ

LES SOEURS BEDJ

Messaouda (Mériem) 1933-1958----- Fatma ( Lalia) 1935-1959
Ceux sont deux jeunes filles bien élevées au sein d'une famille honorable originaire de Laghouat(Algérie) installée a Orleansville (Chlef) elles sont nées et ont vecu. Leur conduite était appréciée de tous.
Messaouda, l'aînée des deux soeurs a pris le maquis en 1956 après l'appel du FLN a la grève des etudiants. Elle rejoint les rangs de l'ALN dans la zone 1 de la wilaya 4 était acheminée la majeure partie des etudiants grevistes qui avaient opté pour la lutte armée. Elle a traversé les monts de Blida, puis le Zaccar pour se fixer dans le Dahra dans le Djbel Bissa en automne 1956.Elle était la principale animatrice du 1 er service de santé organisé par le Dr Harmouche ( Si Said) aidé par Khatib Youcef ( Si Hassan), plus tard colonel de l'ALN. Courageuse,dynamique , elle n'a jamais failli a sa tâche. Dans le Dahra, elle a laissé le souvenir d'une djoundia qui honore la femme Algérienne.
C'est là qu'en 1958, elle tomba au champ d'honneur. Elle a tout abondonné : le confort dans lequel elle vivait,ses études alors qu'elle allait avoir son diplôme de sage femme à Alger.
Messaouda était la première femme à Orleanville a rejoindre la maquis.Elle a tout sacrifié pour l'honneur. Elle a choisi la mort pour l'amour et la liberté de son cher pays.

Bedj Messaouda dite Meriem.


Messaouda dite Meriem
Était grande de taille , assez forte et autoritaire, d'une droiture et d'une sincérité sans pareil et d'un courage exceptionnel.

Messaouda a 15 ans .


A quinze ans , Messaouda était dèja douée pour le dessin.


Farida Bedj Épouse Ziouche8 mai 2010, à 03:50
Re : Les Chahidates "Soeurs Badj"
Les Sœurs Bedj
Ceux sont deux jeunes filles bien élevées au sein d'une honorable famille originaire de Laghouat (Algérie) installée a Chlef ou elles sont nées et ont vécu.
Leur conduite exemplaire était appréciée de tous ceux qui les ont connues.
MESSAOUDA

Dite Meriem née le 7 Mai 1933 etait l'aînée des deux. Elle a pris le maquis en 1956 à l'âge de 23 ans après l'appel du F.L.N à la grève des étudiants.
Elle rejoint les rangs de l'A.L.N dans la zone 1 de la wilaya 4 vers où était acheminée la majeure partie des étudiants en grève qui avaient opté pour la lutte armée.
Etait-ce à sa demande ? Ou a-t-elle été affectée d'office à la zone 3 ? Toujours est- il qu'elle avait traversé les Monts de Blida et le Zaccar pour se fixer dans le « Dahra » dans le Djebel Bissa à l'automne de l'année 1956.
Elle était la principale animatrice du service santé organisé dans la région par le Dr Harmouche ( Si Said ) aidé du jeune Si Hassan plus tard colonel de l'A.L.N
Courageuse, pleine de dynamisme elle n'a jamais failli a sa tâche..Elle a laissé partout dans le « Dahra » le souvenir d'une djoundia qui honore la femme Algérienne.
Meriem a du plus tard pour des raisons de sécurité et de commodité du service traverser toute la vallée du Chélif – du Nord au Sud- pour s'établir dans les Monts de l'Ouarsenis, appelés a l'époque « Les Ouarsenis Libérés » du fait de leur occupation totale par l'A.L.N qui constituait avec les masses populaires de la région une masse compacte pour l'armée colonialiste.
C'est là qu'en 1958 elle est tombée au champ d'honneur.
Meriem a été la première femme Algérienne de Chlef à rejoindre le maquis en 1956.Elle a abondonné ses études l'année où elle devait recevoir son diplôme de sage- femme. Chez ses parents elle vivait à l'abri de tout souci. Elle aurait pu être diplômée, avoir sa clinique (peut-être) fonder un foyer et vivre heureuse. Elle a choisi la mort dans l'honneur pour l'amour de sa chère Algérie. En 1957 un journal Français a diffusé sa photo avec Si Hassan et un avis de recherche et bien entendu sa condamnation a mort.
De 1954 à 1955 elle a fait partie des S.M.A (Scouts Musulmans Algériens) .Elle a reçu un blâme et a failli être renvoyée de la clinique où elle étudiait (Clinique Verdun actuellement Ait Idir ) car elle s'était présentée en cours en tenue scoute.

FATIMA

Sa sœur cadette FATIMA dite « Lalia » née le 06 Octobre 1935 était douce , posée et très cultivée par ses nombreuses lectures. Elle était en rapport permanent avec l' A.L.N ainsi que sa famille.
Elle qui militait en ville n'a pu résister a l'appel du maquis qui la hantait .A son tour, elle le rejoint le 8 Mai 1957, comme sa sœur avec l'accord et la bénédiction de ses parents.
Lalia était différente de Meriem. Elle était petite de taille, respirant la gentillesse et la douceur.Elle était enjouée et sa gaîté donnait de l'espoir.Elle avait, malgré son âge ( 22 ans ) et sa petite taille une forte personnalité et une volonté de fer. Elle était estimée aussi bien par les djounouds qu'elle soignait avec dévouement que par les populations des douars dont elle faisait partie intégrante.
En 1958, on lui avait caché la mort au combat de sa grande sœur Messaouda. Elle le sut quand même .C'est le chemin que nous avons choisi, nous disait–elle. Elle- même savait qu'elle risquait de mourir et rejoindre sa sœur au ciel.
Après 3 ans de travail acharné, Fatma (Lalia) est tombée au champ d'honneur en 1960.En 1962, leurs dépouilles ont été ramenées du Djebel et enterrées au cimetière des Chouhadas a Chlef.
Reposez en paix mes chères Sœurs.
Vous avez fait don de vos vies pour la liberté de votre pays : l'ALGÉRIE
Gloire éternelle a nos Chouhada


07/05/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres