CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

Voxpopuli : Avant Boulmerka et Morceli.

 

Voxpopuli : Avant Boulmerka et Morceli...

Avant Boulmerka et Morceli aux Jeux olympiques, il y a eu le fils de Massinissa, Mastanabel, en l'an 164 avant Jésus-Christ. Cela est historiquement établi. Merci de nous l'avoir rappelé en se référant aux archives historiques de l'Algérie antique. 
Mais entre-temps, la terre algérienne a enfanté un autre champion olympique du nom de Okacha Mimoun natif de Télagh, département d'Oran, en 1921, qui a remporté le marathon des Jeux olympiques d'été de Sidney en 1956 sous les couleurs de la puissance coloniale qui l'a baptisé pour les besoins de la cause «Alain» Mimoun. Au sommet de sa gloire, ce vétéran de la Seconde Guerre mondiale, mobilisé comme des milliers d'autres de ses compatriotes, parfois contre leur gré, pour participer aux côtés des forces alliées à des batailles décisives contre les puissances de l'Axe, en France et en Italie, a fait le serment, au moment de sa consécration, de se rendre à Olympie, sanctuaire des jeux antiques situé dans le Péloponnèse en Grèce, où avaient lieu tous les quatre ans en plein été les Jeux olympiques, pour y faire une prière. Son vœu a été exhaussé plusieurs années après, puisqu'il s'est, selon un documentaire qui lui a été consacré il y a quelques années, rendu à ce lieu mythique pour effectuer sa prière, prosterné vers La Mecque. Oublié après avoir été porté aux nues par ses compatriotes de la France coloniale, Mimoun est revenu, selon un billet du journal parisien le Monde, au crépuscule de sa vie parmi les siens, dans les cafés maghrébins des banlieues de Paris, pour siroter un thé à la menthe, y retrouver la chaleur de son pays et mourir quelque temps après dans la misère et l'anonymat total, loin des clameurs des stades. Conclusion : en ces temps où notre pays fait appel à des sportifs binationaux pour honorer les couleurs algériennes dans des compétitions internationales, est-il juste d'ignorer ce champion olympique authentiquement algérien, même si son titre avait été remporté à l'époque coloniale sous prétexte qu'il était «Français musulman» comme nous l'étions tous à l'époque ? Le débat est ouvert. 
A. Zitouni 
Cadre supérieur de la nation à la retraite

Un texte à faire passer
dans «Vox Populi» ? soirsat2@gmail.com ou maamarfarah20@yahoo.fr

 

 

 

Commentaire par Mohamed Boudia - Ecrivain et journaliste indépendant - 

 

En effet, vous ne savez pas si bien dire, combien de grands hommes dans tous les domaines ont été plus ou moins oubliés, voire même bannis de l'horizon médiatique et parfois même ignorés pour leur appartenance à tel ou tel autre courant politique. L'Algérie a été toujours été le creuset de grands hommes qui ont forgé l'histoire de leur pays et ont donné leur vie, parfois, pour la libération de leur pays et pour hisser haut l'étendard de leur patrie. Nous espérons seulement que les autorités puissent lever le voile sur certaines figures, dans tous les domaines, afin de rendre à César ce qui appartient à Jules. Merci encore pour cet article qui enrichit nos connaissances et nous interpelle à ne pas oublier certaines figures de notre histoire.

 

 

 

 

 



06/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres