CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

L’équation de la cohabitation
Rachid Sadek Bouziane

Lundi 18 août 2010 équivalent 6 ramadhan





L’équation de la cohabitation




Liberté + justice + humanitarisme = Cohabitation


Liberté plus justice plus humanitarisme égalent cohabitation, dans cette équation on va essayer de définir les trois grandeurs de son premier membre, pour pouvoir démontrer l’homogénéité de l’équation afin d’accéder à sa vérité.

Liberté
Liberté signifie mouvement, le déplacement libre, l’indépendance, l’autonomie, la délivrance, l’évasion, l’individualité, l’identité, le moi, le soi, la souveraineté, la fierté, la réflexion, la pensée, l’action sans contrainte, le détachement, la rupture, l’inconditionnellement, le désordre, l’insoumission, hors la loi, l’incontrôlable, libération, relaxation, dispense, exemption, immunité, indéterminisme, indiscipline, désobéissance, désertion, désunion, division, discordance, scission, divorce, divergence… voici en bref ce que signifie le mot « liberté ». Il reste maintenant à choisir la définition compatible qui s’applique à l’être humain en tant qu’âme, pensée, sentiment et matière. Le mot liberté se projette sur l’âme pour soutenir la loi de la liberté des cultes et des convictions, pour éviter l’interaction répulsive responsable de l’extermination de l’âme en la faisant quitter l’orbite spirituelle. La projection cérébrale libère la réflexion afin de corriger et perfectionner en perpétuité la production neuronale à travers le savoir et la connaissance scientifique. La troisième projection affecte la nature ou tout le contenu de notre dimension, de la liberté afin que la nature se développe et évolue sans contrainte en évitant à l’écosystème le disfonctionnement et l’irrégularité dans son expansion. Mon analyse épouse comme définition au mot liberté le mot cohabitation dans la coexistence ainsi l’homogénéité est vérifiée pour la première grandeur.

Justice
La justice signifie l’ordre, la discipline, l’organisation, régularité, égalité, équilibre, homogénéité, cohérence, la rigueur, la constance, le droit, la droiture, la justesse, la vertu, l’uniformité, l’objectivité, la raison, l’intégrité, l’incorruptibilité, la légitimité, la convergence, la loi, la relation, l’équation, voilà donc les différents mots qui peuvent véhiculer le sens du terme justice, moi j’opte pour le mot cohabitation en se basant sur « équilibre », « équation », et « égalité » qui dit équilibre dit coexistence donc cohabitation, qui dit équation dit communication donc cohabitation, égalité spirituelle ou liberté spirituelle, égalité intellectuelle ou démocratie du savoir et de la connaissance scientifique et égalité matérielle dans la distribution à égalité des richesses de la nature entre tous les habitants de la planète, sans oublier de récompenser particulièrement la distinction neuronale selon la loi de proportionnalité pour encourager la production cérébrale « l’encre des savants est aussi précieuse à Dieu que le sang des martyrs »,« un savant dont les gens tirent profit de sa science à plus de mérite que mille adorateurs de Dieu ».
C’est dans la diversité des idées exposées que se construit la complémentarité, qui s’alimente directement de la concurrence intellectuelle, et ainsi se dessine ce paysage littéraire, gouverné par les lettres et les mots en mettant en description et en l’expression la révélation sentimentale.

Humanitarisme
L’humanitarisme signifie fraternité, l’amour, le sentiment positif, l’acceptation de l’autre, la tolérance, le secours, le pardon, le respect mutuel, la générosité, la communication sentimentale, le sens de la pensée sentimentale, l’accueil, l’hospitalité, la famille, la communauté, l’interaction attractive de l’âme avec l’âme, le climat de sécurité et de confiance, la cohésion sentimentale, le tissu social, l’interaction sentimentale, le relationnisme cœur, âme et pensée. Je préfère utiliser le mot « fraternité » comme synonyme du mot « humanitarisme » donc l’acceptation de l’autre en tant qu’être (cœur, âme, pensée, et matière) d’où la réapparition de nouveau du mouvement du mot « cohabitation » qui balaye tout l’espace de notre existence en tant que vecteur sens de la vie. Autrement dit, il n’y aura pas donc d’équilibre sentimental, ni échange sentimental « amour », ni mouvement sentimental sans la cohabitation sentimentale. Je viens de démontrer à travers cette analyse réduite mais efficace, que la coexistence avec cohabitation, n’est que la somme d’une liberté conditionnée par la justice et l’humanitarisme, ainsi cette équation gère l’équilibre et contrôle l’évolution du système conçu par les quatre composantes (cœur, âme, pensée et matière) afin d’éviter la rupture aux forces qui gouvernent les interactions de la cohabitation à l’intérieur de cet édifice, qui abrite le mouvement de notre existence.



Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres