CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

Les couleurs du crépuscule
Rachid Sadek Bouziane

Chleff vendredi le 27 août 2010


Les couleurs du crépuscule

Les couleurs du crépuscule embellissent et enjolivent
Tout l’horizon de l’ouest, vient superposer cette sphère
Transparente, tintée en orange, à travers laquelle défilent
Les nuages et s’apprêtent à plonger dans l’immensité


De ce bleu de la mer, au loin le ciel semble s’écraser
Perpendiculaire à la terre, peu à peu s’émerge la nuit
Inaperçue et en silence, dans l’atrocité de cette obscurité
Qui impose inévitablement à la ville une retraite partielle


La lumière fissurée, fragmentée, déforme le spectre et trompe
La perception, installe l’illusion, crypte la réalité à travers
L’écran céleste peint en orange avant de se dissimuler derrière
Ces montagnes colossales qui se métamorphosent en miroir


Rediffusant la radiation sous une forme exponentiellement séduisante
Comme la mariée qui expose la beauté de son physique au public invité
A travers sa variété d’habits ce qui met en exercice la particule pensante
Et déclenche le mouvement de la plume intelligible des poètes sensibles


Cette intersection du jour avec la nuit, attirent la réflexion des philosophes
Des mathématiciens, des physiciens, pour mettre la manifestation sidérale
En compréhension, en explication, en interprétation afin de considérer et
Evaluer la puissance de cette intelligence invisible, insaisissable, et inaccessible


La couleur de la lumière, affectée de la dualité onde-particule, perturbe
La réalité scientifique en dénonçant le doute qui habite l’évidence première
Et impute l’indéterminisme à la description pour satisfaire l’expérience
Devenant ainsi responsable du fondement de la fameuse science quantique


Les incendies à l’horizon, allument le feu crépusculaire qui dessine
Les frontières séparant la lumière de l’obscurité, et rythme l’alternance
Par la fréquence à travers l’impression persistante des rétines, mais la
Perception ne saura trahir la concentration, ni la convergence, ni l’intelligence


La lumière du soleil astral est accessible sans effort à quiconque pour
Mettre en application la démocratie, l’égalité, la justice afin de maintenir
En vie la coexistence et partager équitablement ce trésor d’énergie entre Les
Différentes réflexions pour les affecter de la même propulsion au décollage


Tandis que le soleil neuronal est une lumière accessible uniquement aux
Poètes quantiques, qui savent décoder les informations rédigées
Par l’électricité cérébrale, ces amoureux du compliqué, transcendent par
La distinction en éminence pour mettre en considération notre intelligence


À l’heure crépusculaire, les oiseaux regagnent rapidement leur nid et les
Chants de la liberté cessent d’inonder les cœurs romantiques, La monotonie
Rejoint aussitôt le silence qui suit l’obscurité pour interrompre le spectacle
À travers l’obéissance au mouvement pour quantifier et marquer le quotidien


Les lueurs pâles de l’aube, surgissent à l’est, la tristesse se précipite en joie
Après évaporation de la matière sombre une étoile ou deux, continent à
Briller au milieu de cette lumière diffusée par la fusion de l’hydrogène
En hélium au cœur de cette boule de feu jaunâtre, éternellement en activité


Se réfléchissent les beautés, les élégances, les éclats et les splendeurs
De cette composition stellaire du paysage cosmique en toile d’or, La pensée
Se prosterne, se courbe et s’incline devant l’auteur, le compositeur et le
Maitre de cette harmonie infiniment compliquée et infiniment appréciable











Dernière modification le 26-12-2010 à 12:56:10

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres