CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

Les Différents Avis sur la Grippe H1N1 dans le monde

Pour répondre à cette question cruciale, je vous propose un simple exercice de logique. Exercice qui ne nécessite même pas de connaissances médicales !


PRÉMISSES :

Imaginons que l’Organisation Mondiale de la Santé, que les compagnies pharmaceutiques et que les instances politiques de santé publique nous disent la vérité (on peut rêver).
Imaginons donc qu’il n’y a pas de complot et que toutes ces institutions oeuvrent pour le plus grand bien de la Santé des individus.
Admettons que nous sommes vraiment en situation de pandémie.
Admettons que ce soit vrai que le virus H1N1 – version 2009 ait un potentiel pandémique important.
Admettons que nous pouvons nous attendre à une pandémie aussi grave que celle de 1918 (c’est ce que l’OMS prétend).

RAISONNEMENT :

Alors, asseyons-nous et réfléchissons un instant (car il semble que la réflexion soit une denrée devenue extrêmement rare dans le monde scientifique, politique et médiatique, à l’heure actuelle).



Si nous sommes réellement en situation de pandémie (de niveau 6), pourquoi le nombre de morts provoqués officiellement par le virus A (H1N1) - 2009 (en six mois) atteint à peine 3.917 personnes, dont la plupart souffrait déjà de pathologies graves avant de contracter la grippe (
http://www.who.int/csr/don/2009_09_25/en/index.html ) alors qu’une grippe ordinaire tue chaque année entre 250.000 et 500.000 personnes ( http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs211/fr/ (allez voir sous le titre épidémie saisonnière)) ?


À cela, on me répond que c’est vrai que ce virus est très peu virulent, dans sa forme actuelle (même s’il est très contagieux). D’ailleurs, dans l’immense majorité des cas recensés dans le monde (entre 300.000 et 600.000 selon les sources), les personnes atteintes souffrent de fièvre, de toux, de maux de tête, de douleurs musculaires et articulaires, de maux de gorge et d’écoulements nasaux (
http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/about_disease/fr/index.html ). C’est-à-dire les mêmes symptômes que ceux de la grippe ordinaire. Et ils se guérissent en restant chez eux, en quatre à dix jours, sans l’aide d’aucune médication et d’aucun médecin.


Mais si le virus A (H1N1) - 2009 est si peu virulent, pourquoi alors les pays ont-ils commandé à l’avance 4,9 milliards de doses de vaccins dans le monde, pour immuniser la majorité de la population du globe (6,8 milliards d’individus) ?


À cela, on me répond que « les vaccins constituent l'un des moyens les plus utiles pour protéger les individus pendant les épidémies et les pandémies de grippe. Parmi les autres mesures applicables, figurent l'utilisation de médicaments antiviraux, le maintien d'une distance sociale et l'hygiène personnelle » (
http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/vaccine_preparedness/fr/index.html – 3e paragraphe). Remarquez que pas un mot n’est prononcé sur les moyens naturels de renforcer notre immunité naturelle qui nous maintient en vie depuis des millions d’années !!!


Si les vaccins constituent une des meilleures protections, sur quelles études se base l’Organisation Mondiale de la Santé pour affirmer cela ? Les experts de l’OMS auraient-ils oublié de lire l’étude internationale la plus complète et la plus exhaustive en la matière, qui concluait récemment « qu’il n’existe pas de preuves de l’efficacité des vaccins anti-grippaux dans aucune des populations étudiées (plus de 65 ans, adultes jeunes, enfants et professionnels de santé) depuis 40 années d’observation en matière de vaccination contre la grippe » ? (
http://www.cochrane.org/ - la Collaboration Cochrane est un groupe complètement indépendant et à but non lucratif qui a rassemblé (entre autres) TOUTES les études existant sur l’efficacité des campagnes de vaccination dans le monde entier, entre 1966 et 2006)


À cela, les plus honnêtes ne me répondent rien. Les autres me répondent qu’il existe d’autres études qui prouvent l’efficacité des vaccins contre la grippe (le problème, c’est qu’aucune source n’est citée par ces experts ou par les instances officielles. Le problème, c’est qu’il n’existe aucune étude qui n’ait été prise en compte par la collaboration Cochrane ! Et le groupe Cochrane fait autorité et référence internationalement, par son exhaustivité (elle reprend TOUTES les études) et par son indépendance (elle n’est financée par aucune compagnie pharmaceutique).

Malgré tout, on m’annonce que la vaccination sera quand même utile pour immuniser tout le monde, car les experts prévoient que le virus A (H1N1) - 2009 risque de muter cet automne dans une forme beaucoup plus virulente et potentiellement mortelle. C’est la fameuse deuxième vague qu’on attend tous !

Ici, pour être capable de suivre le raisonnement des experts, il me faut admettre d’autres prémisses (soyons de bonne composition !).
Admettons que les vaccins soient efficaces (ce qui n’est pas démontré) et que la collaboration Cochrane s’est trompée en interprétant des centaines d’études menées dans le monde entier et pendant quarante ans. Et admettons que le virus pourrait muter cet automne.


Comment les experts peuvent-ils affirmer que le virus mutera dans une forme plus grave ? Car cette mutation pourrait aller vers une mutation encore moins dangereuse qu’elle ne l’est !


À cela, on me répond qu’il faut envisager le pire scénario pour protéger la population. Admettons !


Dans ce cas, si le virus mutait dans une forme plus grave, comment les autorités de santé publique et les experts justifieront l’efficacité du vaccin actuellement développé ? Car ce vaccin a été conçu à partir de la souche du virus apparu au printemps (le virus non muté et pas dangereux), et non à partir de la mutation potentielle du virus ?


À cela, on me répond que c’est vrai que le vaccin ne serait plus aussi efficace, mais qu’il le serait quand même un peu, car la structure génétique et protéique du virus muté ne serait pas très éloignée de celle de la souche originale.


Si cet argument est vrai, pourquoi nous raconte-t-on alors depuis des années que nous devons nous vacciner chaque année parce que le virus de la grippe mute légèrement chaque année et que le vaccin d’une année n’est pas efficace pour l’année suivante ???


De nouveau, à cela, on ne me répond plus rien. Par contre, on m’assure « qu’une surveillance attentive des évolutions du virus A(H1N1) est en cours. Cette surveillance étroite et constante aidera à apporter une riposte rapide si l'on détecte des modifications importantes du virus » (
http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/vaccine_preparedness/fr/index.html – 19e paragraphe).


Nous voilà rassurés ! L’OMS veille et surveille pour nous ! Mais combien de temps faut-il pour apporter une riposte rapide, si le virus devait muter de manière importante ?


À cela, on me répond qu’il faut compter entre quatre et six mois, pour produire en grande quantité des vaccins à partir du moment où l’on aurait isolé la nouvelle souche virale contre laquelle on cherche à immuniser les individus… Autant dire que nous serons tous atteints par le virus muté avant qu’un nouveau vaccin soit mis au point.

Mais même dans ce cas-là, n’oublions pas que seuls mourront ceux dont le système immunitaire est déjà gravement affaibli ! Comme disait Pasteur sur son lit de mort : « je reconnais que je me suis trompé. C’est Béchamp qui avait raison. Le virus n’est rien. Le terrain est tout ! » Mais ça, c’est un autre débat.


Ah oui, j’allais oublier une dernière question : si les vaccins sont efficaces, pourquoi les promoteurs de la campagne de vaccination reprochent-ils à ceux qui la refusent de mettre en danger les personnes vaccinées ??? Ne devrait-ce pas être l’inverse ? Ne serait-ce pas les non-vaccinés qui devraient craindre d’être malades, et non les vaccinés ?


CONCLUSIONS :


aucun vaccin contre la grippe n’a jamais démontré son efficacité pour diminuer le nombre de personnes atteintes ou pour diminuer la virulence de la maladie ;
le virus A (H1N1), dans sa forme actuelle, ne justifie nullement la mise en place d’une campagne massive de vaccination (et je n’ai pas parlé ici des effets secondaires graves qui risquent de toucher des millions de personnes) ;
si le virus mute dans une forme plus grave et plus mortelle, les vaccins préparés actuellement ne seront d’aucune utilité, puisqu’ils ont été préparés sur la base de la souche existant en mai et en juin 2009 !


DONC, DANS TOUS LES CAS, QUE VOUS SOYEZ POUR OU CONTRE LES VACCINS, AUCUN ARGUMENT LOGIQUE NE PARVIENT À JUSTIFIER CETTE CAMPAGNE DE VACCINATION MASSIVE.

PAR CONTRE, CETTE CAMPAGNE SE PRÉPARE AU MÉPRIS DU RESPECT DE NOTRE INTELLIGENCE ET DE NOS LIBERTÉS.
AVEC LA COMPLICITÉ DES DIRIGEANTS POLITIQUES, DES HAUTS FONCTIONNAIRES ET DES MÉDIAS.

Rien que cela devrait suffire à stopper définitivement cette campagne où les experts se prennent les pieds dans leurs propres mensonges et dans leurs propres incohérences.

Texte rédigé par Jean-Jacques Crèvecœur, épistémologue des pratiques médicales, avec la collaboration de Cyrinne Ben Mamou, PhD, biologiste et docteur en neuro-sciences.
Reproduction et diffusion intégrales ou partielles autorisées et vivement encouragées. 
  Les vidéos :

Partie 1 :

Partie 2 :

Partie 3 :

Partie 4 :

Partie 5 :

  A vous de vous faire votre opinion et de venir débattre sur ce sujet hautement polémique. Pour compléter cet article nous allons parler du Dr Marc Girard.

Mathématicien de formation mais déjà très préoccupé par la médicalisation de la société, le Dr Girard est devenu médecin tout en menant des recherches sur la modélisation mathématique en biologie. Il développe en France la première activité libérale de conseil en pharmacovigilance (l’étude des effets médicamenteux) et la pharmaco-épidémiologie (application des méthodes épidémiologiques à l’évaluation des effets médicamenteux, qu’ils soient bénéfiques ou indésirables).

Egalement expert judiciaire, et à ce titre le Dr Girard à été missionné de nombreuses fois dans des affaires de santé publique.La réaction du Dr Girard au plan antigrippe qu’il trouve liberticide. Une vidéo pour conclure cet article :

 

Les lecteurs de cet article ont également aimé lire:

1.  Enlevée pendant son jogging, une femme de 42 ans est toujours recherchée !

2.  H1N1: La véritable pandémie est celle des énormes bénéfices de ces mercenaires de la santé !

3.  Vaccination grippe A(H1N1) : que faut-il en penser ?

4.  H1N1, Taxe carbone: 2 Gabégies médiatiques ?

5.  LA GRIPPE ... Je vais pas y échapper !

6.  Istres : une crèche fermée après confirmation d'un cas de grippe H1N1

7.  Virus & Co : savoir raison garder…

8.  Rentrée scolaire et grippe A

9.  H1N1 : un virus passe-partout très contagieux

10.                  Grippe A : il est arrivé!..

Marquer favoris

Bookmark

Envoyez par mail

Commentaires (7)

Flux RSS des commentaires

Affichez les commentaires

plumett a dit:

...
Eh bien bravo Michel pour cet article plein de bon sens qui me conforte dans ma décision: Pas de vaccination et prudence avec le Tamiflu.
A priori pour se soigner éfficacement contre la grippe et minimiser les risques de complications et de contagion, il faut rester à la maison les trois premiers jours, dormir, boire beaucoup d'eau, manger des fruits crus, ne pas stopper la fièvre brusquement avec des médicaments car elle permet au corps de se défendre. C'est toujours comme ça que je me suis soignée ainsi que mes enfants, que nous avons guerri sans complication, et mon père qui est médecin allopathe ne m'a jamais contredite, même si lui, parfois, fait différemment avec ses clients; en général le problème est qu'ils sont pressés de guerrir, ne veulent pas admettre qu'une grippe c'est 3 ou 4 jours au lit, une semaine de repos pour que la fatigue entraînée par le virus soit éradiquée. Il y a ceux aussi qui n'ont pas le choix et ne peuvent pas se permettre de rester au repos durant une semaine à cause de leur travail, je les comprends et ne leur jette pas la pierre.

Quant à cette grippe porcine, si tenté qu'elle existe et soit plus grave que la grippe ordinaire, j'ai bien peur qu'elle n'arrive sous forme d'arme biologique, comme une éprouvette qu'on viderait dans un coin de la terre pour une contagion programmée. C'est ce qu'on est tenté croire suite à cette campagne acharnée des médias... Alors si c'est cela, mais j'ai du mal à y croire quand même, alors oui, j'ai peur comme les autres et il y aura des millions de morts, vaccin ou pas vaccin, nous serons les victimes de cette course au profit effrénée, les plus résistants puniront les coupables et nous renverserons nos acquis pour tout remettre à plat et repenser un monde meilleur! Nous voilà dans le domaine de la fiction, (encore que... ???) alors je reviens sur terre pour retourner à mon repassge et laisser place aux autres points de vue.

 

Abus

vote -

vote +

October 09, 2009
Votes: +0

BaudouinLabrique a dit:

...
Nous voilà en présence d’un prophète de la prétendue apocalypse annoncée !
Version moderne (mais qui semble faire mouche) de ce que distillaient avec aveuglément, ces bonimenteurs de rue qui vous prêchaient : « la fin du monde est arrivée » !

Après on combat perdu d’avance pour un has been (le Dr Hamer) qui endossait le manteau de martyr autoproclamé (cf. http://www.retrouversonnord.be/crevecoeur.htm ) au travers de son film
« Seul contre tous », nous revoilà JJ Crèvecoeur tomber dans le piège éculé suivant :
ne s’appuyant que sur des hypothèses non suffisamment étayées ou fondées, lui comme d’autres créent alors de nouvelles peurs (je l’espère involontairement) ; ils se livrent ainsi à un paradoxal troc : croyant sincèrement (?) annuler les peurs générées par les médias par d’autres peurs ravivées ou provoquées par leurs écrits boosteurs de panique paralysante !
En somme, n'est-ce pas alors prétendre arriver à guérir le mal par le mal ?

Je suis plus qu’étonné que le physicien quantique et aguerri (pourtant) aux avancées de la médecine quantique qu’il est, fasse l’impasse (par exemple) sur le fait établi que le virus ne peut JAMAIS "agir seul"
car il ne peut produire des effets que sons l'influence primordiale du "terrain"
mais qui ne va révéler alors qu'un programme psychobiologique (SINE QUA NON) sous-jacent !


Pour mieux comprendre
- pourquoi attraper la grippe permet d’échapper avantageusement à une bronchite,
- pourquoi la peur panique d’attraper la grippe fait qu’on la contracte alors,
- même confrontés au virus, pour quelles raisons certains échappent à la grippe,
- pourquoi certains (très minoritaires) en meurent et d'autres pas,
- pourquoi vous pouvez accéder à la meilleure prévention qui soit
- pourquoi vous disposez déjà du meilleur "vaccin".

et prendre connaissance d’outils concrets, éprouvés, gratuits et réellement prophylactiques :
http://www.retrouversonnord.be/grippe.htm#psychobiologique

 

Abus

vote -

vote +

October 10, 2009
Votes: +1

BaudouinLabrique a dit:

...
Preuves scientifiques du fait que les virus ne peuvent jamais évoluer tout seul et pour couper donc court à la paranoïa qu'en lisant les médias ou ces prophètes de la nouvelles apocalypse annoncée, on pourrait se croire face à de terribles et implacables envahisseurs : d’une part, selon ce que l’OMS prétend à nos portes, d’autres part, selon ces annonciateurs qui véhiculent des idées morbides (comme le fait JJ Crèvecoeur) , en rapport avec ce que contiendraient (de personnes mal intentionnées) les vaccins.

"Les maladies organiques ont un support psychique. Les microbes existent, bien sûr, je les ai vus.
Mais, de plus en plus, on se pose cette question fondamentale : ces microbes sont-ils la cause de la maladie ou leur virulence et leur pullulement en sont-ils la conséquence ? "
FRANCOISE DOLTO & GERARD SEVERIN
(extrait de "La foi au risque de la psychanalyse" )

Les découvertes du Pr Antoine Béchamp ont invalidé les dogmes pasteuriens qui placent arbitrairement et sans aucune preuve scientifique le microbe comme ennemi public à abattre à tout prix :
:
« Béchamp avait raison, le microbe n'est rien, le terrain est tout ». aurait dit Pasteur durant les derniers jours de sa vie.

"Malgré les travaux de Béchamp, la grande majorité des microbiologistes du début du 21ème siècle furent influencés par les travaux de Pasteur, et la doctrine du monomorphisme microbien est celle qui domine encore actuellement la pensée scientifique de la bactériologie moderne."

Béchamp découvrit l’élément primordial de la cellule vivante, le « microzyma » : celui-ci pouvait devenir bactérie ou virus d’où le polymorphisme bactérien.

Il dénonça l’erreur du monomorphisme de Pasteur qui entraînait la médecine vers la phobie du microbe et la négligence du terrain.

Considérez que le microbe n’est qu’une semence qui ne développera qu’au pro rata de ce que le terrain le lui permet !

Voir, pour mieux en comprendre les subtilités, le "match Pasteur / Béchamp."

Source et liens internes :
http://www.retrouversonnord.be/BacteriesDangereuses.htm

ou tapez « "bactéries dangereuses" » sur un moteur de recherche

"Le 'Microbisme’ est une doctrine fataliste monstrueuse qui suppose qu'à l'origine des choses, Dieu aurait créé les germes des microbes destinés à nous rendre malades. " Pr Antoine Béchamp.

 

Abus

vote -

vote +

October 10, 2009
Votes: +1

RESISTANT a dit:

...
La peur, effectivement, elle fonctionne bien chez "les gens de peu", c'est comme la religion, des institutions crées par les "puissants" pour manipuler la grande majorité de C... qui peuple notre société !

Ils ont votés SARKÖZY, qu'ils en assument les conséquences !

@+

 

Abus

vote -

vote +

October 10, 2009
Votes: +0

Veritas a dit:

...
Disons simplement, Pr Antoine Béchamp, que ce virus, est un virus de synthèse !
aurez vous le courage de le dire ?!

 

Abus

vote -

vote +

October 10, 2009
Votes: +0

BaudouinLabrique a dit:

//

20/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres