CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

2èmes Journées du Patrimoine Culturel Matériel et Immatériel "Recherche et Evaluation"

 

[LIBRE TRIBUNE]
2èmes journées du Patrimoine "Recherche et évaluation " Chlef

Posté par boudia2007 le 14/5/2011 9:05:00 (0 lectures) Articles du même auteur

Pour la deuxième édition des "journées du patrimoine matériel et immatériel, s'est tenu un colloque de quatre journées consécutives au Musée Abdelmadjid Meziane de Chlef sous la direction de Mr Berrebiha Amar, Directeur de la Culture et Mr Mahmoud Hasnaoui, directeur du musée de Chlef.
IDEOZ Magazine Touristique et Culturel ... Voyagez à votre mesure!

CULTURE A CHLEF EL ASNAM


2èmes  Journées du Patrimoine matériel et Immatériel

                    « Recherche et Valorisation »

 

Plusieurs délégations furent reçues par Mr Mahmoud Hasnaoui, directeur du Musée Abdelmadjid Meziane et Mohamed Boudia, écrivain et président du café littéraire de la bibliothèque de Wilaya « Mohamed Mahdi Chlef, et ce, à l’hôtel « El Wanchariss » au centre ville de Chlef.

Le 9 Mai 2011 à 9h.30, a vu l’inauguration de l’exposition de tableaux et de photos concernant les vestiges existant au niveau du territoire de la wilaya de Chlef.

 

 Ces deuxièmes journées du patrimoine au Musée Abdelmadjid Meziane de Chlef ont vu affluer différentes personnalités intellectuelles de la ville et de la région de Chlef ainsi que de plusieurs wilayas du pays, telles Bouira, Blida, Oran, Alger, Sétif, Mascara, etc.

L’ouverture de ces journées a été faite officiellement par Monsieur Berrebiha Amar, Directeur de la Culture à Chlef en présence de Monsieur Mahmoud Hasnaoui.Ils ont souhaité la bienvenue à tous les invités et participants à ces deuxièmes journées du Patrimoine Matériel et Immatériel sous le thème de « Recherche et Valorisation » - Ils n’ont pas manqué de souhaiter une pleine réussite à ce colloque afin de matérialiser l’action dans l’espace et le temps et en faire des journées nationales qui pourront regrouper toutes les wilayas du pays, ce qui permettrait un plus dans la vision de la recherche, de la préservation et de la valorisation du patrimoine matériel et immatériel.

 

Ce fut ensuite au tour de Mr Hasnaoui Mahmoud de présenter le programme des 2èmes journées du patrimoine matériel et immatériel.

La première communication fut dévolue à Monsieur Mohamed Boudia, cadre de l’Education en retraite, écrivain et président du café littéraire,  dont le thème fut «  Recherche et Valorisation – Nouvelle méthodologie ». Il a surtout mis l’accent sur la nouvelle méthodologie de recherche et de valorisation de tout patrimoine matériel ou immatériel. Il a classifié le patrimoine en quatre grands chapitres :

1/- Les legs de l’antiquité

2/- Les legs autochtones ou amazigh

3/- Les legs arabo-musulmans et ottomans

4/- Les legs de la colonisation

Il a aussi mis l’accent sur la création d’un conseil de recherche et d’évaluation qui sera composé de chercheurs, d’archéologues, d’anthropologues, d’historiens et d’écrivains et hommes de lettres pour asseoir une politique de préservation par l’image, le son et l’écrit.

La communication suivante fut réservée à Mme Abdessemed Rekia, professeur à la faculté d’archéologie de l’Université d’Alger dont le thème est

-Préservation et restauration des éléments urbanistiques en Algérie comme exemple « Jardin de Djemila ». La conférencière a fait une communication très détaillée sur la méthode et les moyens utilisés dans la préservation d’objets en milieu naturel. Elle s’est aidée de photos et de croquis qui ont permis à l’assistance de suivre avec intérêt les différentes phases de la restauration.

Par la suite, dans la séance de l’après-midi de la journée du 9 Mai 2011, à 14 h, Madame Bounadja Djamila, conseillère culturelle auprès de la direction de Wilaya de la Culture d’Aïn Defla nous gratifia d’un sujet d’ordre général sur « Le Patrimoine ».

 

Prenant le pas, Le Docteur Ali Medjdoub, chirurgien-dentiste, écrivain et journaliste, nous transporta dans la légende de Mama Binette avec une conférence dont le thème fut « La mausolée de Mama Binette 

 

Ce fut au tour de Monsieur Abdelkader Guerine de nous présenter son dernier roman épique qui nous relate les péripéties d’un hameau sur les hauteurs du mont Dahra, exactement dans les Ouled Riah qui furent enfumés un certain Juin dans des grottes par le sinistre Pélissier sur ordre de Bugeaud. Son roman se veut un témoignage d’une époque de non-histoire, que le colonisateur a voulu effacer de la mémoire collective et en faire une page tabou. Son livre fait ressortir l’importance du « Goual » dans la société algérienne au moment de la colonisation.

Toujours, dans l’après-midi de cette journée, nous avons assisté à une communication de Mme Faïza Tahraoui de l’Institut d’Archéologie à la Faculté d’Alger dont le thème fut « Les bijoux d’argent, leur impact et leur significations dans la société algérienne ». Les dessins et les explications avancées par la conférencière donnèrent des ailes aux questionnements et débats qui suivirent la communication.

 

A 16 h, ce fut au tour de Melle Benzitoun Houria, professeur d’archéologie à l’Université d’Alger, d’avancer une communication sous le thème : «  Le patrimoine et sa conservation ». L’assistance ayant été subjuguée par la prestance et les mécanismes présentés par la conférencière, a transformé les débats en une série de congratulations pour cette dernière qui fut très émue de par cette marque de considération de la part d’hommes d’art et de lettres présents dans la salle.

Pour la journée du 10 Mai 2011, se sont suivis plusieurs maitres de conférences et conférenciers sur la tribune pour gaver l’assistance de communications aussi pertinentes les unes que les autres appuyés par des photos, des croquis et des dessins qui ont ajouté un plus à la compréhension de ces dernières.

 

Tout à fait en début de matinée, nous avons assisté à la conférence donnée par Monsieur Saïd Bouzrina, spécialiste dans les vestiges musulmans en Algérie au niveau du musée national des vestiges anciens dont le thème est : « Les mosquées de Ténès et leur genre urbanistique ». Le sujet étant très à la mode dans la région de Chlef, des débats fructueux et mêmes un peu houleux ont clôturé cette communication qui a apporté une certaine ambiance et une certaine dynamique dans les débats.

 

Mme Dhiab Nadia, chargée de la conservation au niveau de la Direction de la Culture de Mascara nous gratifié d’une conférence dont le thème fut : « Qu’est-ce que le patrimoine ? Sa place et son importance dans la société de proximité ?

Durant cette même journée du 10 Mai, à 10 h 30 ce fut au tour de Monsieur Abbas Kheireddine, chercheur au niveau du Musée National « Ahmed  Zabana » d’Oran de nous présenter sa communication dont le thème fut : « Entretien et restauration du patrimoine immobilier »

 

Pour terminer cette matinée, ce fut au tour de Monsieur Messika Mourad, conservateur du patrimoine au niveau de la direction de la culture de Blida avec son thème sur « Les lois organisationnelles pour la protection du patrimoine culturel ». Monsieur Messika nous retraça tout le cheminement de la loi et de la règlementation concernant la protection du patrimoine tant au niveau local, national et mondial, ce qui permit à l’assistance d’avoir une vue globale sur la question de la protection du patrimoine culturel.

 

Tout à fait en début d’après-midi, exactement à 14 h.30, nous avons pu assister à une conférence des plus intéressantes sur le plan de la cognition dont le thème nous fut présenté par Mme Zitouni Kheira, professeur d’archéologie dont le titre est : «  L’importance de l’étude de la frappe de la monnaie musulmane »

A 15h. Monsieur Chioune Abdennour, homme de théâtre et écrivain, nous a présenté une communication sur les habits traditionnels avec force de détails dans la région de Chlef et ses environs sans omettre de préciser que cela englobait même les régions limitrophes de la vallée du Chéliff.

 

A 15 h. 30, ce fut au tour de Monsieur Mohamed Dahmani, professeur doctorant à l’Université Hassiba Benbouali de Chlef, de se présenter à la tribune pour nous gratifier d’une communication importante dont le thème est : « L’encyclopédie des miracles du soufisme entre réalité et certitude ». Lors de cette communication, les avis étaient partagés et les débats furent très intéressants dans la mesure où tous les participants ont apporté un peu d’eau au moulin.

 

A 16 h. Monsieur Lebib Elhadj, professeur à l’université «  Ibn Khaldoun » de Tiaret nous a présenté une communication dont le thème fut : « La protection du patrimoine du point de vue législatif »

 

Monsieur Osmani Laâmri, (à gauche sur la photo), conservateur du patrimoine et chef de service au niveau de la direction de la culture de Sétif nous a présenté sa communication dont le thème est : « L’identité nationale à travers les éléments patrimoniaux ». Monsieur Laâmri a animé presque tous les débats qui se sont déroulés après chaque communication pour essayer de donner un plus et susciter les débats au sein de l’assistance.

 

Monsieur Ferrah Salah, (à gauche sur la photo), ingénieur urbaniste, chef d’un bureau d’études, Secrétaire Général de l’Association « Histoire et patrimoine de Bouira », nous a conviés à suivre avec lui une communication sous le thème de : « Impact des instruments d’urbanisme sur le patrimoine ». Son apport dans ce domaine a été bénéfique à tous les questionnements de l’assistance. Monsieur Ferrah Salah a toujours pris les devants de la scène en matière de débats et ses interventions ont été plus que pertinentes.

La journée du 10 Mai 2011 a été clôturée avec son intervention et les débats fructueux qui l’ont suivie.

https://static.blog4ever.com/2010/09/437651/big_artimage_437651_3403844_201105141958373.jpg

 

Monsieur Mahmoud Hasnaoui rappela à l’assistance que le lendemain, il y aurait une sortie sur le terrain, à savoir, la visite de la ville du « vieux Ténès » ou Tnès El H’dhar ainsi que le fort et le phare de Sidi Mérouane ainsi que le musée de la ville de Ténès.

 

Durant la sortie du 11 mai 2011 à Ténès, c’est Monsieur Zerrouki Mérouane, président de l’association de la mosquée de Sidi Maïza qui nous servira de guide dans la ville du Tnès-El-H’dhar.

 

Nous avons visité « Bordj El Ghoula » qui est en complète déperdition. Il faut que les instruments de conservation et restauration aillent de concert afin de préserver ce monument qui a tout son importance dans l’histoire de la région.

 

C’est un viaduc datant de l’époque coloniale et qui consiste en la voie ferrée qui reliait Ténès à  Orléansville (El-Asnam), Chlef actuellement.

 

Nous voyons au loin, la mosquée de Sidi Ahmed Bou Maïza du Vieux Ténès à laquelle nous nous apprêtons à lui rendre visite.

 

Nous avons visité la mosquée et l’intérieur de celle-ci ainsi que le mausolée de Sidi Belabbès et la tombe du saint Sidi Bou Maïza et sa femme enterrés à l’intérieur de la mosquée même.

 

Nous n’avons pas omis de visiter la mosquée de Lalla Aziza (Vieux Ténès) ainsi que la fontaine (tarie) qui se trouvait devant la mosquée et  qu’on appelait « El Djabia ». C’est notre ami Zerrouki Mérouane, qui nous a servi  de guide pour la visite des vestiges de Ténès El H’dhar. Il nous a reçus en son domicile et nous a gratifié d’une collation faite de m’semen, de café et de limonade pour tout le groupe de participants au colloque.

 

Après le déjeuner dans un restaurant de la «  Marina », nous avons pris un peu de repos avant de nous diriger vers le musée de Ténès Centre, c’est la ville phénicienne et européenne qui regorge d’éléments du patrimoine physique trouvé à Ténès et racontant l’histoire des peuplades ayant transité par ces lieux depuis des millénaires. 

 

Suivant les instructions des gardiens, il ne nous a pas été permis de photographier l’intérieur de la salle d’exposition du musée. Nous leur rendons grâce et les remercions de nous avoir reçus avec déférence.  

  

Avant de clôturer notre périple et notre randonnée, sur la route du retour, Monsieur Mahmoud Hasnaoui, nous a gratifiés de la visite du Mausolée de Sidi Maâmar Bou Moukohla, dans le village de « Cinq Palmiers » « khmess nakhlet ».

  

La journée du 12 Mai 2011 a été très intéressante car les quatre communications prévues furent réservées à un staff de la faculté des lettres de l’Université Hassiba Benbouali qui se compose comme suit :

Sur la photo ci-dessous de gauche à droite, au premier plan

1- Docteur Mohamed Guetarni, professeur à la faculté des langues à Ouled Farès

2- Docteur Mohamed Kassoul, chef de département des langues étrangères, faculté des langues étrangères à Ouled Farès

3- Mme Aït Saada Djamhouria, doyenne de la faculté des lettres à Ouled Farès.

4- Monsieur Mohamed Amokrane Aït Djida, professeur doctorant à l’université Hassiba Benbouali, faculté des lettres à Ouled Farès

 La première communication fut dévolue à Mme Ait Saada Djamhouria, doyenne de la faculté des lettres et dont le thème est : « Le rôle du meddah : Plaidoyer pour la préservation du patrimoine ». Cette communication à suscité l’engouement de l’assistance et les débats furent très fructueux de par les questionnements des membres présents dans la salle de conférence.

La deuxième conférence fut instruite par Monsieur Mohamed Guétarni, Docteur ès lettres, dont le thème fut « Le port de Ténès ». L’assistance, lors des débats s’est interrogée sur la qualité de cette infrastructure dans le domaine patrimonial et à laquelle a répondu avec pertinence, le docteur Guétarni, en situant cette infrastructure dans le temps et l’espace comme étant un vrai patrimoine au sens propre et étymologique du terme comme étant le poumon par lequel respire toute la région économiquement.

La troisième communication fut celle du Docteur ès lettres, Mohamed Kassoul dans son intervention sous le thème de : « L’oralité : Entre la rapsodie et le medh ». Plusieurs questions furent posées au conférencier qui s’est fait un devoir de répondre et d’argumenter ses explications dans le sens de l’objet de sa communication.

Monsieur Mohamed Amokrane Ait Djida fut le dernier à présenter son exposé comme il a bien voulu le nommer lui-même et portant sur « L’anthologie au service du patrimoine ». Il rappela à l’assistance qu’une cellule de réflexion et de recherche a été institué par Mme Ait Saada au niveau de la faculté des lettres pour l’écriture d’une anthologie de la région de Chlef. Il fit remarquer à l’assistance que le dernier livre de Monsieur Guerine Abdelkader a été le dernier document à être pris en compte au niveau de la cellule de recherche et dont le titre est : « La brûlure : Les enfumades de la Dahra »

Les débats furent assez fructueux car les sujets avancés sont tellement riches en anecdotes dans le creuset de notre patrimoine que tout un chacun a apporté sa petite contribution à l’enrichissement de notre patrimoine local et national.

Après le déjeuner, les participants furent conviés à une après-midi récréative avec la participation de l’école de musique andalouse « El Fen El Açil » dirigée par Yassine Bounadja.

  
Cette troupe de jeunes musiciens et chanteurs nous a gavés de « mouachahates » dignes de grands chanteurs. Nous leur souhaitons pleine réussite dans leur tâche et remercions Monsieur Bounadja Yassine pour cette représentation qui nous a transportés vers les temps anciens et vers une certaine période nostalgique de l’Andalousie.                                      

 
Monsieur Berrebiha Amar, Directeur de la Culture à Chlef a tenu à récompenser lui-même tous les participants à ce colloque qui s’est voulu un lien indéfectible entre toutes les potentialités algériennes sur l’étendue du territoire national.

  

Monsieur Hasnaoui Mahmoud, directeur du musée ainsi que Monsieur Berrebiha Amar, directeur de la culture à Chlef, se sont fait un honneur de récompenser personnellement tous les participants aux « 2èmes journées du patrimoine matériel et immatériel – « Recherche et valorisation » qui ont fait leur plein durant ces quatre journées pleines de conférences et de débats fructueux.

 

 

Tous les participants se sont félicités des recommandations qui ont été faites lors de la clôture de cet évènement combien riche en apport culturel dans presque tous ses aspects patrimoniaux.

  

Les participants ayant été récompensés pour leurs efforts, Monsieur Mahmoud Hasnaoui, ayant préparé avec une cellule de réflexion les recommandations du colloque qu’il a mis à la disposition de tous les participants et dont la teneur est la suivante :

 

 

Au regard des commodités pour le chercheur et dans le souci d’une formation continue pour la connaissance des nouvelles techniques et moyens de recherche, le 2ème colloque des journées du patrimoine matériel et immatériel recommande la simplification de moyens pour un sursaut qualitatif en matière de recherche scientifique en Algérie. Les différentes recommandations ont été portées à la connaissance de l’assistance :

  • Récompenser les jeunes chercheurs pour les inciter à embrasser  le domaine du patrimoine immatériel
  • Mettre en place un milieu favorable pour les chercheurs des autres wilayas dans le cadre de la recherche dans le territoire de la wilaya de Chlef.
  • Permettre la rencontre avec les chercheurs étrangers pour un meilleur échange des expériences et la mise en connaissance des nouvelles techniques en matière de recherche.
  • L’intégration de chercheurs algériens dans la nouvelle organisation de la recherche scientifique.
  • Insister sur la formation en archéologie et en histoire pour permettre l’accès à des postes supérieurs.
  • Introduire l’anthropologie dans le processus archéologique et historique
  • Protéger les sites archéologiques contre les éléments naturels et humains qui tendent à leur porter atteinte en faisant appel aux nouvelles méthodes scientifiques de préservation et de protection des sites (entretien et restauration) pour préserver sa valeur et sa forme historique.
  • Sensibiliser la société par des dépliants, des revues pour toucher toutes les couches de la société de même qu’il faut faire participer le monde de l’éducation pour une information qui mettra en évidence l’importance du patrimoine national car il représente l’identité nationale.
  • Editer une revue qui mettra en relief les activités de ces journées du patrimoine culturel de Chlef
  • Penser à organiser un colloque spécial pour l’histoire et le rôle du « Meddah » dans la plaine du Chéliff.

 

Tous les conférenciers se sont félicités pour la réussite de ce colloque qui fut empreint de beaucoup de sérieux et de disponibilité de tout un chacun et se sont donné rendez-vous pour le prochain colloque afin de le pérenniser dans le temps et permettre une meilleure participation et une meilleure collaboration dans la recherche tant du point de vue matériel qu’immatériel.

         Mohamed Boudia – Ecrivain Auteur- Chlef

 

 

 
 

 [ Modifier | EffacerNote: 0.00 (0 votes) - Merci de NOTER : Intéressant / Sans intérêt? -



14/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres