CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

CULTURE A CHLEF - EL ASNAM -

poème de Mme Ziouche née Bedj Farida (à son neveu)

Mar 25 janvier 2011, 13h 42min 34s
le poeme dedié à Bedj Mohamed Maharzi ,disparu il y a 5 ans
 
     


En hommage àMaharzi
j'ai écrit ce poème,
ce qui m'aidera aussi
à alléger ma lourde peine.

Ce vingt six Aout,quand tu es né
nous avons fait des kilomètres
pour voir enfin notre bébé
ce chérubin qui venait de naitre

celui,surnommé:le pacha
qui a ensoleillé les saisons
et me dirait pour de vrai :tata
en illuminant la maison.

Je t'ai chanté tant de berceuses
lorsque tu t'agitais la nuit
J'étais tellement heureuse
que mes bras te servent de nid.

Tu te blottissais contre mon sein
avec ta sucette à la bouche ,
et c'était un moment divin
quand je te replaçais dans ta couche

A mon retour de l'étranger ,
ou j'allais passer mes vacances,
je t'apportais plein de jouets
je ressentais ta joie immense

Ce jour noir que j'ai maudit,
pourtant préféré de l'Islam
je ne sais plus ce que je dis,
je ne cèderai pas à Bliss mon âme.

La veille, oui, la veille mon trésor,
rue Didouche,je t'ai rencontré
tes bras m'ont serrée si fort,
comme si tu allais t'absenter .

Mon neveu tant aimé
tu es parti pour toujours,
vers le ciel tu t'es envolé
pour un voyage sans retour.

Maho!,mon cœur ,mon bijou ,
pourquoi m'as tu quittée?
c'est Dieu qui l'a voulu,
c'était sa volonté.

Toi qui aimais tant l'eau,
ta douche t'a trahi
comme un petit oiseau
doucement ,tu t'es endormi.

et l'eau coulait,coulait
sur ton corps inanimé
appeler à l'aide,tu ne pouvais
et doucement tu t'en es allé

Là ou tu es c'est la lumière,
le paradis ou tout est beau
il y a des pères, des mères, des frères
les gens choisis par le Très Haut.

Le vendredi,au cimetière,
je sais qu'au ciel est ton âme
je caresse avec respect la terre
et je laisse couler mes larmes.

Ta tombe est pleine de fleurs
parsemées ça et là,
je les arrose de mes pleurs
ce qui leur donne plus d'éclat

Cela fait cinq ans deja,
comme si c'était hier
mais la douleur est toujours là
dis moi mon petit que faire?

Maho!notre pacha,notre roi,
tu as laissé toute ta famille
dans le plus profond désarroi
tu as préféré l'infini

Je t'entends me murmurer
ammati!ammati chérie
arrête de te torturer,
je suis heureux là ou je suis.

Lorsque mon heure aura sonné,
indescriptible serait ma joie
si je devais te retrouver
comme je l'ai souhaité ici bas.

Tu me tendras les bras
et me diras:c'est toi ammati?
oui mon chéri c'est bien moi
mais vois tu ,j'ai vieilli.

Tu riras et me diras:je t'aime
tout en te moquant de moi
non! non tu es toujours la même
ma très chère tata Farida .

Repose en paix belle mésange
dans le jardin de l'Éternel,
entouré de tous les anges
et prie pour nous pauvres mortels .
              Mme Ziouche / Bedj Farida


25/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres